DRS ET SITUATION RÉGIONALE Anouar Malek revoit l’actualité à sa manière

2014/08/25

DRS ET SITUATION RÉGIONALE Anouar Malek revoit l’actualité à sa manière

L’ancien officier de l’ANP et ancien membre de la commission des observateurs dépêchés en Syrie, Anouar Malek, a fait l’objet d’une interview au quotidien tunisien Al-Sabah au début de ce mois, où est évoquée la situation au Maghreb et dans le monde arabe. Et c’est « par des confessions de hauts gradés des services secrets algériens» qu’il a appuyé ses arguments. «Des sources à l’intérieur du DRS m’ont informé que des officiers algériens et français se sont rencontrés [au sujet de l’affaire libyenne, ndlr] et que les Algériens ont assuré à leurs homologues français qu’ils maîtrisaient Al-Qaïda au Maghreb islamique et qu’ils étaient capables d’infiltrer n’importe quelle organisation (terroriste) qui serait créée, que ce soit en Libye ou ailleurs », a-t-il affirmé.  Pour Anouar Malek, « les autorités algériennes, ont, à travers cette coopération en matière de renseignement, donné leur accord pour une intervention militaire occidentale contre Kadhafi, bien qu’elles tentent de paraître comme étant une partie neutre qui refuse de s’immiscer dans les affaires internes des autres Etats». Il est allé jusqu’à affirmer que l’objectif des services secrets algériens était et reste d’aboutir à «l’installation de bases militaires occidentales» dans la région du Maghreb. Revenant sur l’interruption du processus électoral en janvier 2012, Anouar Malek a estimé qu’il s’agissait là d’une « exacerbation des tensions entre les différents services secrets ». A propos du dossier libyen proprement dit, il a déclaré être persuadé de l’existence de discussions secrètes entre des officiers du DRS et Abdelhakim Belhadj à Tripoli, allant jusqu’à «révéler» la teneur de ces pourparlers. D’ailleurs, il est allé jusqu’à dire que le terroriste libyen devenu révolutionnaire «s’est dit disposé à collaborer avec les services secrets algériens» et qu’il aurait eu pour objectif «d’arriver au pouvoir grâce à cette collaboration». Sans commune mesure, Anouar Malek s’est également intéressé au cas de la Tunisie, se penchant, pour ce faire, sur le président Moncef Marzouki.  «J’ai été approché par d’anciens collègues de l’armée à Paris, a-t-il expliqué. Ces derniers m’ont demandé de leur fournir des informations sur Moncef Marzouki mais j’ai refusé ». Par ailleurs, il a même affirmé que le FBI aurait «interrogé des terroristes emprisonnés en Algérie», parmi lesquels Abderezzak El-Para. Le voisin marocain n’est pas en reste. « Un officier supérieur du DRS m’a indiqué que les services secrets marocains ont joué un rôle dans ce qui se passe au Sahel et en Libye et qu’il n’excluait pas qu’ils aient quelque chose à voir avec les événements de Tunisie », a-t-il avancé sans aucune preuve. Le Makhzen et ses médias aux ordres apprécieront certainement. Anouar Malak n’en est pas à sa première salve. Et il continue à lancer des informations sans aucune confirmation. Pour le plus grand bonheur d’une presse occidentale friande de désinformation.

 Lakhdar Habib

LA SOURCE

545454454554

– See more at: http://www.lestrepublicain.com/actualite/item/15715-anouar-malek-revoit-l%E2%80%99actualit%C3%A9-%C3%A0-sa-mani%C3%A8re#sthash.p1yXJTEB.dpuf

Be Sociable, Share!

????????? (0)


Bottom